Les dépôts sauvages de déchets ont considérablement augmenté ces deux dernières années en Flandre. En 2019, il y en a eu 22.641 tonnes, soit une augmentation de 14% par rapport à 2017, selon l'agence régionale OVAM. La ministre flamande de l'environnement Zuhal Demir (N-VA) annonce des mesures.La quantité totale de déchets sauvages en Flandre s'élevait en 2015 à 20.400 tonnes. Deux ans plus tard, ce chiffre avait diminué à 19.900 tonnes. Mais depuis lors, on constate à nouveau une forte augmentation avec 22.641 tonnes en 2019. L'objectif d'avoir 20% de déchets sauvages en moins d'ici 2022 par rapport à 2015 est donc loin d'être atteint. La quantité de déchets jetés dans les poubelles publiques en rue augmente de façon encore plus importante, passant de 22.592 tonnes en 2015 à 26.789 tonnes en 2017, pis à 29.511 tonnes en 2019. La ministre Demir n'est pas satisfaite et annonce des mesures visant les autorités locales. Cent des 300 communes qui appliquent peu ou pas de mesures contre les déchets sauvages pourront se voir retirer leurs subsides. Elle souhaite en outre augmenter le montant des Sanctions Administratives Communales (SAC), de 350 à 500 euros. Une demande en ce sens à été formulée au gouvernement fédéral, compétent en la matière. Enfin, Mme Demir en appelle à la responsabilité des producteurs d'emballage, affirmant son intention de leur faire répercuter les coûts engendrés pour les pouvoirs publics. Selon les chiffres de l'OVAM, les Flamands ont pourtant produit 2 kilos de déchets ménagers de moins par habitant que l'année précédente, soit 143,5 kilos contre 145,5 kilos un an plus tôt. L'objectif régional est de 138 kilos en 2023. En Wallonie, les communes collectent chaque année quelque 18.000 tonnes de déchets sauvages, d'après une étude réalisée en 2018. (Belga)