La République tchèque a l'intention de se retirer de l'industrie du charbon d'ici 2038, à la suite d'une décision en ce sens prise par la commission gouvernementale du charbon à Prague.L'échéance relève d'un compromis, a indiqué le ministre de l'Industrie, Karel Havlicek, à l'occasion de la présentation vendredi d'un rapport sur cette sortie du charbon. Les organisations de défense environnementales attendaient un abandon des énergies fossiles plus précoce et des médecins ont mis en garde dans une pétition contre les conséquences sur la pollution de l'air des sites énergétiques alimentés au charbon. L'an dernier, près de la moitié (49%) de l'électricité produite en Tchéquie provenait de ce minerai. La perte de cette ressource sera compensée par les énergies renouvelables et par l'énergie nucléaire produite par des réacteurs en place ou à construire. "Nous avons une feuille de route claire pour l'extension de l'énergie nucléaire", a ajouté M. Havlicek. La politique énergétique des autorités est critiquée pour consacrer une quantité trop importante d'électricité à l'exportation. La commission charbon, mise sur pied en juillet 2019, se compose de membres de cabinets ministériels et du parlement, et de représentants de l'industrie, d'entreprises, des régions et d'associations environnementales. (Belga)