Le Comité international olympique (CIO) a pris note de la décision du TAS, le tribunal arbitral du sport, de suspendre jeudi pour deux ans la Russie de toutes compétitions internationales, réduisant de moitié la recommandation de l'AMA, l'Agence mondiale anti-dopage.Le drapeau russe ne pourra pas flotter officiellement, notamment, sur les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo cet été, ni ceux sur ceux, d'hiver, de Pékin en 2022. Les athlètes russes pourront cependant y participer, sous bannière neutre et sous conditions. Des conditions que le CIO va appliquer en collaboration avec les fédérations respectives des disciplines olympiques. "Nous allons minutieusement examiner la décision et ses conséquences pour les compétitions au sein du Mouvement olympique en particulier pour ce qui concerne Tokyo 2020 et Pékin 2022", a brièvement déclaré Thomas Bach, le président du CIO. "Dans le respect des règles, le CIO va consulter les fédérations nationales et le Comité paralympique international pour avoir une approche cohérente sur l'implémentation de cette décision." (Belga)