La Sarre et la Rhénanie-Palatinat, régions allemande frontalières de la France, vont accueillir des malades français infectés par le nouveau coronavirus, ont annoncé dimanche leurs dirigeants. "Face à l'augmentation spectaculaire des infections en Alsace et de ses conséquences sur toute la région du Grand Est", la Sarre, petit Land frontalier de la Lorraine, va "admettre des patients gravement malades qui ont besoin d'une aide respiratoire d'urgence", écrit Tobias Hans, ministre-président de la Sarre, dans un communiqué. M. Hans n'a pas précisé à ce stade les capacités d'accueil de malades français. La Rhénanie-Palatinat va elle aussi, "dans cette situation d'urgence", accueillir des patients français, a indiqué sur Twitter le ministère régional des Affaires sociales. "Les hôpitaux de la région prennent en charge les patients en soins intensifs en fonction de leurs possibilités", a-t-il précisé. La région allemande du Bade-Würtemberg, frontalière de la France, avait déjà offert samedi 12 lits pour accueillir des patients français atteints du Covid-19 ayant besoin d'une assistance respiratoire, tandis que trois cantons suisses frontaliers vont en accueillir six. Le Grand Est est une des régions les plus éprouvées depuis un grand rassemblement évangélique de jeûne et de prière en février qui en a fait un des principaux foyers français de l'épidémie. Malgré des évacuations de patients vers divers hôpitaux français depuis plusieurs jours et l'installation en cours d'un hôpital militaire de campagne, elle est confrontée à un engorgement de ses services de réanimation. L'Allemagne a récemment annoncé vouloir doubler le nombre de lits équipés d'assistance respiratoire dans les hôpitaux pour assurer la prise en charge de patients atteints du nouveau virus, qui provoque dans certains cas des infections pulmonaires aiguës. Le pays dispose à ce jour d'environ 25.000 lits de ce type. (Belga)