Les Slovènes testés positifs au nouveau coronavirus ou placés en quarantaine seront bientôt tenus d'utiliser une application mobile de traçage de leurs contacts, qui n'existe pas encore dans ce pays de l'UE mais que le parlement a décidé jeudi soir de rendre obligatoire. Le gouvernement a assuré que l'application sera prête dans quelques semaines et qu'elle sera similaire à celles utilisées dans d'autres pays de l'UE, sans toutefois préciser la technologie qu'elle mettra en oeuvre. Les Slovènes testés positifs au Covid-19 ou placés en quarantaine devront installer l'application sur leur téléphone sous peine de se voir infliger une amende pouvant aller jusqu'à 600 euros. "Jusqu'à ce qu'un médicament ou un vaccin efficace contre le coronavirus soit développé, l'introduction d'une telle application est probablement le seul moyen de préserver le mode de vie auquel nous sommes habitués", avait tweeté le Premier ministre Janez Jansa plus tôt dans la semaine. Les médias slovènes ont cependant soulevé des réserves sur la nouvelle mesure, rappelant que les géants américains Apple et Google, qui ont développé un modèle d'application, ont eux-mêmes averti que les gouvernements ne pouvaient imposer leur technologie. Le commissaire slovène à l'information, en charge de la protection des données, a également prévenu que "seule une installation volontaire de l'application serait acceptable". Malgré la controverse, le projet de loi proposé par la coalition de quatre partis de centre droit au pouvoir a été approuvé par 50 voix au parlement de 90 sièges, avec 23 voix contre. Avec près de 1.800 cas et 111 décès dus au virus, la Slovénie a largement contenu l'épidémie à ce jour, mais le pays de deux millions d'habitants a rétabli ces 15 derniers jours plusieurs restriction pour juguler une tendance à la hausse des nouvelles contaminations. (Belga)