La Spaque, le pôle d'excellence wallon en matière de gestion des sols pollués, a rejoint EiCLaR, un projet de recherche collaborative entre l'Europe et la Chine visant à développer des biotechnologies innovantes de dépollution des sols sur site, a-t-elle annoncé mardi.Financé par le programme-cadre européen Horizon 2020, EiCLaR entend permettre le développement, à l'échelle industrielle, de technologies de bioremédiation in situ en vue de traiter efficacement et à un coût raisonnable une série de polluants tels que les solvants chlorés, les métaux lourds ou encore les pesticides. Grâce à ces recherches, des méthodes de dépollution à faible impact, habituellement réservées à des périmètres restreints, pourraient être élargies aux sites industriels et aux eaux souterraines contenant des mélanges de polluants complexes à concentrations élevées, précise la Spaque. En prenant part à ce projet, elle souhaite "contribuer au développement d'un nouveau savoir-faire et donc de nouvelles techniques d'assainissement qu'il pourra ensuite proposer à ses partenaires", souligne-t-elle enfin. Lié à un budget de plus de 6,7 millions d'euros, EiCLaR rassemble, jusqu'en 2024, 18 partenaires venant de Belgique, de France, du Royaume-Uni, d'Allemagne, de République Tchèque, de Suède, des Pays-Bas, de Finlande et de Chine. (Belga)