Le Parlement européen a observé lundi une minute de silence à l'ouverture de sa séance plénière en mémoire du professeur français Samuel Paty, décapité vendredi en région parisienne par un terroriste islamiste. "Cinq ans après l'attentat contre Charlie Hebdo, montrer une caricature de Mahomet pendant son cours tue, le fanatisme et l'intolérance tuent", a dénoncé le président du Parlement David Sassoli. Le professeur d'histoire-géographie a été assassiné "parce qu'il croyait à la liberté d'expression, parce qu'il voulait transmettre à ses élèves la liberté de pensée, l'ouverture d'esprit et les valeurs du vivre-ensemble (...) La terreur se combat par l'éducation, par l'enseignement tel qu'il le pratiquait, un enseignement bienveillant et critique, ouvert sur la société, sur l'autre, prônant le dialogue et la connaissance", a ajouté M. Sassoli. (Belga)