La Virginie, qui possède le record d'exécutions sur le sol américain, est devenue mercredi le premier Etat de l'ancien Sud ségrégationniste à abolir la peine de mort."Aujourd'hui, il n'y a pas de place pour la peine capitale dans cet Etat, dans le Sud et dans ce pays", a affirmé le gouverneur démocrate Ralph Northam lors d'une cérémonie à la prison de Greensville, où avaient lieu jusqu'ici les exécutions. L'abolition de la peine de mort est "la bonne chose à faire", a-t-il dit. "On ne peut pas infliger cette punition ultime sans être sûr à 100% que l'on a raison et on ne peut pas infliger à quelqu'un cette punition ultime en sachant que le système ne marche pas de la même manière pour tout le monde", a-t-il expliqué, soulignant que 296 des 377 prisonniers exécutés au 20e siècle étaient des Afro-Américains. Après des débats très tendus, les deux Chambres de l'Etat avaient voté en faveur d'une loi pour abolir la peine capitale en début d'année. La Virginie rejoint 22 autres Etats américains où la peine de mort a déjà été abolie, mais sa décision est d'autant plus symbolique qu'aucun Etat de l'ancien Sud confédéré n'avait encore franchi ce pas. Le gouverneur Northam a souligné l'histoire "longue et compliquée" de la Virginie où "le racisme et les discriminations de notre passé se répètent aujourd'hui dans notre système" judiciaire. Les colons européens établis à Jamestown ont procédé en 1608 à ce qui est considéré comme la première exécution sur le sol américain, celle d'un capitaine accusé d'espionnage. Depuis, la Virginie a exécuté 1.391 condamnés, selon le Centre d'information sur la peine de mort (DPIC), plus que n'importe quel autre territoire américain. C'est aussi en Virginie qu'ont débarqué en 1619 les premiers esclaves capturés en Afrique. (Belga)