La commission des Affaires générales du Parlement de Wallonie a examiné, ce lundi, une proposition de décret du cdH portant sur la création d'une assemblée citoyenne chargée de formuler des recommandations aux autorités régionales. Composée de citoyens tirés au sort, elle devrait permettre de réduire le fossé grandissant entre la population et les élus, espèrent les humanistes. Le texte, qui s'inspire de l'expérience menée par la Communauté germanophone, a finalement été renvoyé au Conseil d'Etat. Si l'ensemble des députés wallons a salué l'initiative, il n'en reste pas moins qu'elle se heurte au texte que prépare de son côté la majorité MR-PS-Ecolo. Cette dernière vise la mise en place, à l'instar de ce qui a été décidé en Région bruxelloise, de commissions parlementaires mixtes, dans lesquelles des citoyens tirés au sort siègent aux côtés de députés élus. "Nous travaillons à un texte de façon à ce que cela soit bien charpenté", a ainsi souligné le chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl. "Votre proposition a le mérite d'exister mais ce qui se fait en communauté germanophone n'est pas forcément transposable en Wallonie", a-t-il ajouté. "Je partage le constat du fossé qui se creuse entre la population et les politiques. Et il faut effectivement des initiatives de participations citoyennes. Mais mêler les citoyens aux élus permet que le travail ne reste pas lettre morte et il me paraît difficile de tout mettre en oeuvre en même temps, au risque de noyer le message", a renchéri Rodrigue Demeuse (Ecolo). "Tout ce qui nous rapproche des citoyens est une bonne chose mais la majorité travaille à un texte alternatif" et compte bien aboutir le plus rapidement possible, a de son côté souligné le député socialiste Maxime Hardy. Le texte a finalement été renvoyé pour avis au Conseil d'Etat ainsi qu'à l'autorité de protection des données. (Belga)