La députée CD&V Leen Dierick veut rendre les opérateurs télécoms plus conviviaux. Elle souhaite pour cela que ces entreprises permettent aux clients de bloquer les numéros dont ils ne veulent plus recevoir d'appels. Elle voudrait également inscrire dans la loi un temps d'attente maximum de 2,5 minutes pour les services à la clientèle téléphoniques. La proposition de pouvoir faire bloquer certains numéros par l'opérateur intervient à la demande des consommateurs, soutient la députée. "L'objectif est de prévenir les appels malveillants et indésirables ou les escroqueries et d'offrir ainsi plus de sécurité aux clients. En outre, de plus en plus de très jeunes mineurs utilisent la téléphonie mobile. Un meilleur système de blocage les protégerait contre les appels frauduleux", argumente-t-elle. Ceux qui sont un peu adroits avec les technologies peuvent déjà bloquer eux-mêmes les appels entrants de certains numéros sur la plupart des téléphones. Leen Dierick trouve cependant que c'est le rôle des opérateurs de régler le problème pour leurs clients. "Différents opérateurs n'offrent pas la possibilité de bloquer certains appels entrants (un numéro ou une séquence de numéros). D'autres ont montré qu'il est techniquement possible d'installer l'interdiction d'appel sur une base sélective sur les connexions des clients". Le médiateur des Télécommunications a également déjà insisté sur la nécessité d'augmenter les possibilités de blocage. La députée CD&V veut par ailleurs s'assurer que les clients ayant des questions ou des plaintes soient rapidement mis en contact avec un interlocuteur lorsqu'ils contactent un service à la clientèle par téléphone. Elle veut pour cela inscrire dans la loi un temps d'attente maximum de 2,5 minutes. Ceux qui doivent attendre plus longtemps devraient avoir la possibilité de laisser leurs coordonnées pour être rappelés dans un délai d'un jour. Cette disposition est déjà reprise dans une charte de convivialité que les opérateurs ont signée il y a quelques années. Selon les chiffres de l'IBPT, le régulateur des télécoms, pour le premier semestre de l'année dernière, les services à la clientèle sont parvenus à répondre dans les deux minutes dans environ 80% des cas. (Belga)