Le changement climatique accroit le risque de conflits armés. Telle est la conclusion de onze experts internationaux, dont des chercheurs de l'Université d'Anvers (UAntwerpen). "Même avec un scénario de 2 degrés de réchauffement, il y a un doublement de l'influence du climat sur les conflits", selon cette synthèse d'une discussion entre spécialistes publiée mercredi dans la revue Nature. D'après les auteurs, le climat a influencé entre 3 et 20% des risques de conflits armés au sein d'un pays au cours de ces vingt dernières années. D'autres facteurs, comme le développement socio-économique, les faibles capacités étatiques ou les inégalités, ont clairement un impact plus fort. Mais le climat devient un facteur de risque croissant. "Dans un scénario avec 4 degrés de réchauffement, l'influence du climat sur les conflits est multipliée par cinq, soit une hausse de 26% du risque d'une augmentation substantielle des conflits", résume Jean-François Maystadt de l'UAntwerpen. "Même dans un scénario avec un réchauffement limité à 2 degrés par rapport à l'ère préindustrielle - l'objectif de l'Accord de Paris - l'impact du climat sur les conflits ferait plus que doubler, pour atteindre un pourcentage de risque de 13%." Le changement climatique affecte la production agricole, l'économie dans son ensemble et les inégalités entre les groupes de population. Ces éléments peuvent à leur tour influencer d'autres facteurs de conflits. Pour réduire les tensions, plusieurs stratégies sont possibles, dont une approche transdisciplinaire de gestion des risques, des assurances sur les récoltes, des mécanismes de stockage, des formations et d'autres mesures pour accroître la sécurité alimentaire, pointe Jean-François Maystadt. (Belga)