Le commandant en chef de l'armée birmane, Min Aung Hlaing, a justifié lundi le coup d'Etat qui a renversé une semaine plus tôt Aung San Suu Kyi, en invoquant de nouveau "des fraudes électorales" lors des législatives de novembre."Nous enquêtons sur les autorités responsables concernant ces fraudes électorales", a précisé Min Aung Hlaing sur la chaîne de télévision Myawaddy TV. Il s'agit de la première déclaration publique du chef de l'armée depuis le putsch du 1er février. (Belga)