Les navires belges ont débarqué l'an dernier 7,8% de poissons en moins qu'en 2019. Quelque 12.588 tonnes ont été vendues dans les ports belges et cette quantité débarquée a représenté un chiffre d'affaires de 56,4 millions d'euros, en baisse de 4,6%. Un phénomène dû à des exportations et des ventes dans les marchés locaux et l'horeca perturbées par la crise du Covid-19, explique jeudi l'institut statistique Statbel.La baisse du chiffre d'affaires s'explique aussi par une légère hausse du prix moyen au kilo: 4,5 euros/kg, soit une augmentation de 4,7% par rapport à 2019. En 2020, la quantité débarquée dans le port d'Ostende est repartie à la hausse, ce dernier représentant ainsi 44,6% de la quantité totale débarquée et du poisson vendu. La part de Zeebrugge a, elle, reculé, passant de 58,2 % à 52,9%. Comme en 2019, celle du port de Nieuport est restée de 2,6%. La sole a représenté la moitié du poisson débarqué et demeure donc le produit phare de la pêche maritime belge. L'an dernier, sa quantité débarquée a d'ailleurs augmenté de 17,5%. La plie occupe la deuxième place du classement des poissons, malgré une diminution de 40,4% et une baisse du chiffre d'affaires de 8,5%. Par ailleurs, la quantité de raies a progressé de 11,2% et celles de crevettes a, en revanche, brutalement chuté de 38,7%. Le prix des crevettes s'est redressé à environ 5,2 euros/kg, note enfin Statbel. (Belga)