Les indépendants qui sont dans l'obligation de cesser leurs activités pourront bénéficier du double droit passerelle, a rappelé mercredi le ministre des Indépendants, David Clarinval.Les décisions annoncées par le comité de concertation concernent notamment les commerces "non essentiels" qui offrent des biens aux consommateurs. Ces entreprises ou associations sont fermées au public mais peuvent poursuivre leurs activités au moyen de livraisons ou d?un système de rendez-vous. Ces derniers auront droit, conformément à la loi, au double droit passerelle pour les mois de mars et avril. Les métiers de contact non médicaux (instituts de beauté, instituts de pédicure non médicale, salons de manucure, salons de massage, salons de coiffure et barbier ainsi que les studios de tatouage et de piercing) sont également obligés de fermer leurs portes. Ils auront droit au double droit passerelle pour les mois de mars et avril. Le double droit passerelle sera aussi accordé aux agences de voyage pour le mois d'avril vu le maintien de l?interdiction des voyages non-essentiels. La situation sera réévaluée pour le mois de mai. "Ce lockdown est un nouveau coup dur pour les citoyens mais aussi et surtout pour les indépendants qui voient à nouveau leur activité professionnelle entravée et à qui nous avons demandé tant d?effort depuis le début de cette crise. Le double droit passerelle est évidemment accessible pour les indépendants qui doivent cesser leur activité", a souligné le ministre. Ce dernier a par ailleurs précisé les établissements ou partie d'établissements qui peuvent rester ouverts: les magasins d?alimentation, y compris les magasins de nuit ; les magasins de produits d?hygiène et de soins ; les magasins d?alimentation pour animaux ; les pharmacies ; les marchands de journaux et les librairies ; les stations-services ; les magasins de télécommunications ; les magasins de dispositifs médicaux ; les magasins de bricolage ; les jardineries et pépinières ; les magasins de fleurs et de plantes ; les magasins en gros destinés aux professionnels ; les commerces de détail qui vendent des tissus d?habillement ; les merceries et les magasins de papeterie. Les prestataires de services comme les carwashs, les marchands de glace et les agents immobiliers peuvent continuer à exercer leur activité. (Belga)