Le Kazakh Gennady Golovkin a remporté les ceintures WBO et IBF vacantes des poids moyens (-72,574 kilos) en battant aux points l'Ukrainien Sergiy Derevyanchenko, au terme d'un combat très indécis samedi à New York. Donné largement favori avant de retrouver le Madison Square Garden où il s'était déjà imposé six fois en autant de combats, Golovkin a eu plus de mal à s'imposer que prévu, la victoire lui ayant toutefois été attribuée à l'unanimité des juges (114-113, 115-112, 115-112). Un résultat contesté par les sifflets d'une partie du public. Mais le boxeur de 37 ans a tout de même assumé son statut pour ajouter un 40e succès, dont 35 avant la limite, en 41 combats, pour une défaite. Et quelle défaite, puisqu'elle remonte à novembre 2018 où il avait vécu une énorme désillusion à Las Vegas contre le Mexicain Saul "Canelo" Alvarez, qui lui avait ravi ses titres WBC et WBA. Golovkin, qui brûlait de se voir accorder une revanche, n'a pas été exaucé, "Canelo" ayant préféré se lancer un autre défi en grimpant de deux catégories pour combattre le Russe Sergey Kovalev, champion WBO des mi-lourds (-79,378 kilos) le 2 novembre à Las Vegas. Mais face à Derevyanchenko, "GGG" a eu un vrai combat malgré un premier round tonitruant qui l'a vu envoyer à terre son adversaire avec un bel enchaînement uppercut, crochet du gauche. Après un autre crochet violent ayant provoqué une large coupure sur l'arcade sourcilière droite de l'Ukrainien, l'issue du combat a semblé inéluctable et rapide. Mais face à l'urgence de la situation, Derevyanchenko a lâché ses coups, considérant qu'un K.O. deviendrait son seul scénario de victoire possible. Et, sans calculer, il a fait douter Golovkin avec quelques coups puissants dont un crochet au foie au 5e round qui lui a coupé le souffle. Sous les yeux de Wayne Rooney, Derevyanchenko, qui a fini l'oeil droit très gonflé, a certes cédé aux points, sa deuxième défaite en 15 combats, mais il a gagné le respect et les vivats d'un MSG pourtant acquis à la cause de Golovkin avant ces douze rounds. "Je veux boxer. Je suis un combattant, je veux faire d'énormes combats", avait déclaré très déterminé le Kazakh avant d'affronter Derevyanchenko. Il a été servi, mais ce n'est pas le grand Golovkin qui est redevenu champion des poids moyens samedi. Celui d'avant "Canelo" n'aurait certainement pas laissé l'Ukrainien revenir dans le combat. (Belga)