Le centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) a jugé mercredi "impératif" l'accès à des données transparentes sur les stocks disponibles d'immunoglobulines - un anticorps produit à partir du plasma humain - auprès des firmes productrices, des grossistes et des hôpitaux. L'organisation estime qu'il s'agit d'une période difficile de "pénurie potentielle".Le prix d'une administration d'immunoglobulines varie de 1.300 à 7.000 euros et certains traitements doivent se faire à vie, souligne le KCE. "Le marché mondial de immunoglobulines est désormais sous tension. Notre pays a connu récemment quelques problèmes aigus d'approvisionnement et la situation risque fort de s'aggraver encore. Comme nous sommes dépendants du marché international pour plus de la moitié de nos approvisionnements, la petite taille du marché belge et l'actuelle pression sur les prix jouent en notre défaveur. La pandémie de Covid crée une pression supplémentaire parce que les dons de plasma ont diminué au niveau international", d'après l'organisme. Le KCE recommande aussi d'optimaliser l'utilisation des immunoglobulines, en donnant la priorité à certaines maladies "gravissimes" en cas de pénurie. L'organisation sanitaire demande également que les médecins continuent leurs efforts d'économie dans l'utilisation des immunoglobulines, par exemple, "en vérifiant régulièrement qu'un traitement en cours est toujours efficace ou nécessaire, et en l'interrompant dans le cas contraire." Les immunoglobulines sont des anticorps extraits du plasma humain. Ils sont utilisés chez les personnes qui n'en produisent pas suffisamment. (Belga)