Deuxième au sommet du col de la Loze mercredi au terme de la 17e étape, Primoz Roglic a consolidé son maillot jaune de leader du Tour de France. Son compatriote Tadej Pogacar, troisième sur la ligne, n'a toutefois pas dit son dernier mot. "C'était vraiment violent, on peut s'effondrer à chaque mètre sur cette pente. On est très content quand on passe cette ligne d'arrivée", a lancé le coureur de l'équipe Jumbo-Visma après la victoire du Colombien Miguel Angel Lopez. "C'était vraiment une bonne journée pour nous", a déclaré 'Rogla' après l'arrivée. "Je cherche toujours à gagner, cette fois-ci je termine 2e mais j'ai quand même pris du temps sur Tadej Pogacar. L'équipe a très bien travaillé, en particulier Sep Kuss qui a été incroyable dans le final. Je l'ai envoyé devant pour forcer les autres à boucher le trou et pour voir de quelle façon cela réagissait", a expliqué le Slovène de 30 ans, qui compte 57 secondes d'avance sur son jeune compatriote, un avantage qu'il ne juge "pas encore suffisant". Pogacar partageait l'analyse de son aîné. "J'ai perdu du temps sur Lopez et Roglic mais ce n'est pas une si mauvaise journée non plus. Ce n'est pas encore fini, il y a encore une étape difficile demain (jeudi, ndlr). La bataille sera encore dure, je peux même encore perdre ma place sur le podium. Mais en tout cas je vais essayer jusqu'au bout", a assuré Pogacar, qui est désormais premier des classements du meilleur grimpeur et du meilleur jeune. "Le maillot à pois ? J'ai vu en haut du col de la Madeleine qu'il y avait des points à prendre, j'y suis allé. Si je suis en position de garder ce maillot à pois, j'en serais très heureux. Mais l'objectif est toujours le classement général", a ponctué celui qui a déjà remporté deux étapes de cette 107e édition de la Grande Boucle. (Belga)