Le ministre flamand de l'Education Ben Weyts (N-VA) ne souhaite plus que les écoliers flamands descendent à l'avenir dans les rues pour réclamer plus d'actions politiques pour le climat. "Brosser des cours pour le climat, c'est brosser et l'on ne peut fermer les yeux là-dessus", a commenté le ministre nationaliste dans une réponse à une question parlementaire écrite du député Koen Daniëls (N-VA). L'organisation Youth for Climate programme ce vendredi 7 février une nouvelle grève des écoliers, avec pour thème cette fois-ci la protection des océans. L'organisation, lancée entre autres par Anuna De Wever, a fixé rendez-vous à 13h30 devant la gare centrale de Bruxelles. "En tant que ministre de l'Education, je veux décourager les écoliers de s'absenter de l'école de manière non-autorisée", insiste M. Weyts. "On ne peut pas d'un côté déplorer la baisse de qualité de l'enseignement et ensuite encourager la pratique de l'école buissonnière. Il doit être clair que les mêmes règles s'appliquent à tous en toute circonstance, et indépendamment de tout motif politique ou autre". Le ministre a à cet effet rappelé les directives aux écoles. Celles-ci ne peuvent tolérer d'éventuelles absences pour raisons personnelles "que pour des cas strictement exceptionnels et individuels. Les marches pour le climat ne pourront dès lors jamais être couvertes", ajoute M. Weyts. Les élèves qui participeront à la marche du 7 février seront donc considérés comme absents de leur école ce jour-là. (Belga)