Le Pakistan a annoncé samedi qu'il suspendait pour deux semaines tous les vols internationaux de passagers au départ et à l'arrivée du pays pour tenter de contenir l'épidémie de coronavirus. "Nous suspendons toutes les opérations de vols internationaux à partir de ce soir 20H00" (16H00 HB), a déclaré l'adjoint spécial du Premier ministre chargé de la sécurité nationale, Moeed Yusuf, lors d'une conférence de presse à Islamabad. "Aucun vol international ne sera autorisé à atterrir au Pakistan pendant deux semaines". Samedi, le Pakistan avait testé 4.046 personnes, dont 524 se sont avérées positives au Covid-19, qui a tué trois personnes jusque-là dans le pays. M. Yusuf a précisé que quelques vols déjà en route vers le Pakistan seraient autorisés à atterrir dimanche matin, ajoutant que les diplomates venant au Pakistan et les vols cargo n'étaient pas concernés. La suspension des vols va "certainement créer des problèmes", a-t-il reconnu, car le Pakistan attendait plus de 200.000 passagers, dont des touristes, d'ici fin mars. Les observateurs craignent que le coronavirus ne s'étende rapidement dans le pays de 215 millions d'habitants, dont le système de santé est en mauvais état. Contenir la pandémie pourrait être un défi impossible à relever au Pakistan dont les frontières sont poreuses et les hôpitaux délabrés, avec une large proportion de la population qui est illettrée et s'entasse dans des centres urbains très denses. Pour empêcher la transmission du virus, Islamabad a fermé ses frontières avec l'Afghanistan et l'Iran, ses salles de mariage et ses écoles jusqu'à la fin du mois. Mais le Premier ministre Imran Khan a estimé cette semaine que le Pakistan ne pouvait pas se permettre d'instaurer un confinement comme celui qui est en cours dans les villes occidentales. Le pays a déjà échoué à contenir d'autres maladies, comme la poliomyélite, la tuberculose et l'hépatite. (Belga)