Le pape François a dénoncé vendredi à Bagdad les "barbaries insensées" du groupe État islamique (EI) en 2014 contre la minorité yazidie, dont des milliers de femmes ont été réduites à l'esclavage sexuel."Je ne peux pas ne pas rappeler les Yazidis, victimes innocentes de barbaries insensées et inhumaines, persécutés en raison de leur appartenance religieuse dont l'identité même et la survie ont été menacées", a-t-il dit dans un discours aux autorités irakiennes. Dimanche, le pape participera à une prière œcuménique à Ur (sud), berceau du patriarche Abraham présenté par la tradition comme le père des monothéismes, avec des dignitaires yazidis, chiites, sunnites et sabéens. Le chef des enquêteurs de l'ONU favorable à de possibles poursuites pour "génocide", Karim Khan, a estimé vendredi que la visite papale délivrait "un message d'union, de paix et de coexistence entre communautés en Irak". "La visite du Saint-Père à Mossoul et à Qaraqosh", des villes "ravagées par les crimes de l'EI, seront des instants profonds et personnels pour les chrétiens d'Irak", a-t-il ajouté. Et cela soulignera que "chaque vie compte", a poursuivi le chef d'une mission qui a déjà entamé l'examen de dizaines de fosses communes, notamment yazidies, en Irak. "Notre détermination commune à promouvoir la justice, la tolérance et la réconciliation est la meilleure façon de combattre l'héritage de l'EI", a conclu le responsable, présent au moment de l'adresse papale aux hommes politiques et diplomates à Bagdad. (Belga)