La famille De Clerck, du groupe industriel Beaulieu, va s'acquitter d'une transaction pénale record dans le cadre d'une affaire de fraude, rapportaient jeudi les journaux de Mediahuis. L'Etat devrait récupérer 70 millions d'euros. Le parquet général a confirmé que des discussions étaient en cours mais s'est refusé à faire davantage de commentaires."Je peux confirmer que des discussions sont en cours au sujet d'une extension de la transaction pénale dans l'affaire Beaulieu", s'est contenté de dire le procureur général Johan Delmulle, sans rentrer dans les détails. Selon les journaux de Mediahuis, l'accord est intervenu à l'issue d'une vaste enquête pour fraude entamée il y a trois décennies. L'entreprise spécialisée en revêtements de sol était déjà parvenue à un accord il y a quatre ans à hauteur de 50 millions d'euros. Mais un conflit avait ensuite éclaté entre les membres de la famille sur la répartition des actions. Deux d'entre eux se sont tournés vers la justice, ce qui a entraîné l'ouverture d'une nouvelle enquête. Grâce au règlement transactionnel, certains membres de la famille échappent à la prison et à la saisie de leurs parts. L'accord a été signé lundi et sera probablement présenté au tribunal en octobre. Cet accord signifie que Jan et Dominiek De Clerck seront indemnisés et que les infractions pénales commises seront rachetées. Selon les personnes impliquées, la somme que recevrait l'État belge est la plus importante à ce jour dans la saga judiciaire Beaulieu. (Belga)