Comme annoncé par le front commun syndical, le personnel de la maison de repos waterlootoise Le Château Chenois a fait grève durant toute la journée de mardi pour protester contre le manque d'effectifs récurrent au sein de l'établissement géré par le groupe Orpea. Il veut également faire pression sur l'employeur, dans un contexte de discussions difficiles entre la direction et les représentants des travailleurs. Une nouvelle journée de grève le lundi 16 mars a déjà été annoncée, date d'une nouvelle réunion devant le bureau de conciliation pour tenter de trouver une solution.D'après le front commun syndical, une cinquantaine de travailleurs ont fait grève mardi. Un piquet avait été installé devant la maison de repos d'une capacité d'environ 100 lits, mais un service minimal, dont les normes avaient été convenues préalablement avec l'employeur, était assuré à l'intérieur par du personnel réquisitionné. À propos du manque récurrent de personnel dénoncé depuis plusieurs mois par les syndicats, il n'y a pas eu d'avancées dans les discussions depuis un premier bureau de conciliation, qui avait été suspendu faute de déboucher à temps sur des solutions acceptées par les deux parties. "L'employeur était prêt à continuer à discuter mais comme nous considérons que rien n'avance depuis le mois d'août malgré tous les contacts et les réunions qui ont été organisées, nous estimons qu'il vaut mieux discuter directement avec les représentants du groupe Orpea en commission paritaire. Ces discussions auront lieu lundi 16 mars après-midi. Ce jour-là, un nouveau piquet de grève sera installé dès 06h30 devant le Château Chenois", indique la permanente SETCA Claudia Reckinger . (Belga)