Après le Luxembourg, c'est au tour du Portugal, dont certaines zones sont classées rouges, de grogner face aux recommandations de voyage établies par les Affaires étrangères belges, rapportent jeudi plusieurs médias néerlandophones. Le ministre portugais des Affaires étrangères, Augusto Santos Silva, craint que la sévérité des indications belges ne fasse massivement fuir les touristes du pays ibérique. C'est pourquoi il s'est entretenu avec l'ambassadeur belge au Portugal et a pris contact avec son homologue Philippe Goffin ainsi que l'ambassadeur portugais en Belgique afin que soient retirées au plus vite de la liste orange les régions d'Algarve et Alentejo. "J'ai été stupéfié de découvrir ces deux régions" classées orange, souligne M. Santos Silva. S'il reconnaît que de nouveaux foyers de coronavirus sont apparus dans plusieurs districts autour de Lisbonne, la capitale, "la situation est totalement différente en Algarve et Alentejo", s'exclame-t-il. "Nous ne disposons d'aucune donnée prouvant que la situation y est aussi sérieuse qu'à Lisbonne. Il y a une absence totale de coordination au niveau européen", déplore-t-il. Les Affaires étrangères belges n'ont pas pu dire si la question portugaise est en suspens mais soulignent que les experts sanitaires ont le dernier mot quant aux couleurs assignées à chaque pays. Jeudi matin, le site des Affaires étrangères belges ne mentionnait plus l'Algarve et l'Alentejo dans sa liste orange. (Belga)