Le Premier ministre tchèque remet en cause le pacte de l'ONU sur les migrations

Publié le à PRAGUE (CZE)

Le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, a remis en cause jeudi le soutien de son pays à un pacte des Nations Unies sur les migrations qui doit être adopté en décembre, après des refus des États-Unis, de la Hongrie et de l'Autriche."Je n'aime pas le pacte. Il n'est pas clairement interprété et on pourrait en abuser", a déclaré au Parlement M. Babis, dont le cabinet de centre-gauche doit débattre de la question la semaine prochaine. "Les Etats-Unis se sont retirés, la Hongrie aussi, maintenant l'Autriche, et la Pologne en discute également", a-t-il ajouté. En juillet, après 18 mois de négociations, les pays membres de l'ONU, à l'exception des Etats-Unis, ont approuvé ce pacte, qui préconise notamment de renforcer la coopération internationale pour gérer l'immigration. Il doit être entériné lors d'un sommet à Marrakech les 10 et 11 décembre. Washington s'était retiré fin 2017 de l'élaboration du document en affirmant qu'il comprenait des dispositions contraires à la politique d'immigration de Donald Trump. Le gouvernement hongrois de Viktor Orban avait de son côté dénoncé un pacte jugé "dangereux", affirmant qu'il "incitera des millions de personnes à prendre la route". Mercredi, le gouvernement autrichien a également annoncé son retrait du pacte. La Pologne est également réticente. M. Babis, un milliardaire slovaque, a adopté une position anti-migration stricte, refusant d'accueillir un seul réfugié malgré les demandes des partenaires européens. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.