Le président turc Recep Tayyip Erdogan a estimé mercredi qu'il n'y avait "aucune différence" entre les nazis et les autorités grecques repoussant par la force des milliers de migrants qui cherchent à rejoindre la Grèce après l'ouverture des frontières par Ankara. "Il n'y a aucune différence entre ce que faisaient les nazis et les images qui nous parviennent de la frontière grecque", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara, qualifiant également les autorités grecques de "barbares" et de "fascistes". (Belga)