Le sénateur américain républicain Mitt Romney a déclaré mercredi qu'il voterait pour condamner le président Donald Trump d'abus de pouvoir. Il est le premier membre du parti du milliardaire à briser les rangs en faveur de la destitution du président. L'acquittement de Donald Trump ne fait toutefois que peu de doute: la Constitution des Etats-Unis impose une majorité des deux tiers (67 sièges sur 100) pour le déclarer coupable. Or les républicains détiennent 53 sièges et font front derrière Donald Trump. "Le président est coupable d'un abus épouvantable de la confiance du public", a déclaré l'ancien candidat à la présidentielle américaine, en 2012, qui avait échoué à empêcher Barack Obama de rempiler pour un deuxième mandat. S'exprimant dans l'hémicycle du Sénat avant le vote sur le verdict, Mitt Romney a affirmé que Donald Trump avait demandé à un gouvernement étranger d'enquêter sur son adversaire politique, en l'occurrence Joe Biden, qui espère obtenir l'investiture démocrate pour la prochaine présidentielle. "Je suis conscient que certains dans mon parti vont vigoureusement désapprouver ma décision et que, dans certains milieux, je serai dénoncé avec vigueur", a ajouté ce sénateur issu de l'Etat conservateur de l'Utah, soulignant qu'il votait selon sa conscience. Il pourrait bien être le seul élu républicain à faire défection lors du verdict. Le vote doit intervenir à 16h00 (22h00 HB). L'opposition réclame la destitution du 45e président des Etats-Unis pour avoir essayé de forcer l'Ukraine à "salir" son possible adversaire à la présidentielle Joe Biden, notamment en gelant une aide militaire cruciale pour ce pays en guerre. Depuis que le scandale a éclaté, l'hôte de la Maison Blanche se dit victime d'une chasse aux sorcières orchestrée par ses adversaires, qui n'auraient pas digéré sa victoire-surprise de 2016. (Belga)