Une dizaine de représentantes du réseau des Bébébus ont manifesté mardi à l'entrée du Parlement wallon. Elles sont venues dénoncer le flou dans lequel est plongée leur ASBL depuis la réforme de la Province de Namur.L'association Rébbus bénéficiait d'un subside annuel de 77.000 euros de la part de la Province. Elle a appris fin 2020 qu'elle perdait cette aide en raison de la réforme liée à la reprise du financement des zones de secours. Pour combler ce manque dans son budget de près d'un million d'euros, l'ASBL attendait un geste fort de la part de la ministre de l'Enfance de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard (Ecolo). La mise à disposition d'un subside partiel via l'Office de la Naissance et de l'Enfance (ONE) pourrait, en effet, lui permettre de poursuivre son activité en l'état. La ministre n'a toutefois pas accédé à cette demande, déplore l'association, raison pour laquelle elle a décidé d'interpeller les parlementaires de la Fédération Wallonie-Bruxelles ce mardi à Namur. La cabinet de Bénédicte Linard a réagi en fin de journée. Il indique que le cas des Bébébus a bien été pris en considération et que la meilleure solution est la dissolution de l'ASBL en vue de créer une nouvelle structure. En outre, la nouvelle ASBL pourra s'inscrire dans la réforme des milieux d'accueil de la petite enfance en cours. En d'autres termes, tous les salaires pourraient être pris en charge par l'ONE. Des mesures transitoires sont également prévues. Parallèlement, la ministre assure qu'elle apportera tout son soutien en vue du transfert des autorisations liées aux lieux d'accueil vers la nouvelle structure. De cette manière, l'activité des Bébébus ne devra pas être interrompue. De son côté, le ministre wallon des Pouvoirs locaux, Christophe Collignon (PS), indique que les communes pourront à nouveau intégrer les Bébébus dans leur plan de cohésion sociale et donc dégager des subsides. La dissolution de l'ASBL Rébbus devrait avoir lieu lors de sa prochaine assemblée générale, prévue le 14 avril. (Belga)