Richard Pilger, responsable du service en charge des crimes électoraux au sein du ministère américain de la Justice, a démissionné, rapportent mardi plusieurs médias américains. Il s'agit d'un acte de protestation contre la décision du ministre de la Justice William Barr d'autoriser lundi les enquêtes pour fraude électorale avant même le décompte final des votes. William Barr avait autorisé l'ouverture d'enquêtes sur d'éventuelles irrégularités lors de la présidentielle du 3 novembre. Les procureurs fédéraux du pays ne sont habituellement autorisés à entreprendre ce genre de démarches qu'après l'annonce officielle des résultats définitifs. À peine quelques heures plus tard, le responsable du service en charge des crimes électoraux a annoncé sa démission, indique The New York Times. Dans un courriel adressé à ses collègues, Richard Pilger explique devoir démissionner de son poste "après avoir étudié les nouvelles règles et leurs ramifications". Le ministère de la Justice n'a pas fait de commentaires. Les enquêtes sur les fraudes électorales sont normalement du ressort de chaque État, qui établit et contrôle ses propres règles concernant les élections. Le ministère américain de la Justice n'intervient d'ordinaire pas dans ce genre de situation jusqu'à ce que les décomptes des votes soient certifiés et les recomptages terminés, afin d'éviter toute influence des tribunaux sur les États. Le président sortant Donald Trump et son équipe de campagne accusent les démocrates de lui avoir "volé" l'élection et refusent de concéder la défaite, alors que Joe Biden a été proclamé vainqueur samedi. Le chef de l'État maintient ses accusations de fraude électorale, toujours non étayées. (Belga)