Comme à Bruxelles et dans de nombreuses villes wallonnes, les représentants de l'horeca ont manifesté vendredi leur désarroi face à la situation précaire dans laquelle est plongée leur secteur depuis le début de la crise du coronavirus. Au-delà d'une réouverture rapide de leurs commerces, ils attendent des solutions viables et proportionnelles sur le plan financier.La manifestation était organisée par l'antenne locale du collectif "Wallonie Horeca". Elle s'est déroulée en statique et n'a réuni que 100 personnes, comme demandé par les autorités. L'action a débuté à 15h00 et devait durer jusqu'à 17h30 mais elle s'est finalement terminée plus tôt. En effet, la majorité des manifestants ont quitté les lieux directement après les discours, vers 15h30. Comme symbole de leur lutte, les travailleurs de l'horeca ont notamment brandi une affiche "Commerce à vendre", où le descriptif mentionnait "À l'agonie, ouvrir ou mourir" ou encore "Non essentiel pour le gouvernement, mais essentiel pour nous et nos familles". La police n'a dû faire face à aucun débordement. (Belga)