L'association professionnelle flamande de bio-esthétique et cosmétologie Besko demande mardi le redémarrage immédiat de l'activité des professionnels de la beauté à domicile. "Les coiffeurs itinérants sont autorisés à redémarrer mais pas les esthéticiennes, c'est de la discrimination", s'offusque Sofie Leyten, membre de l'organisation.Les coiffeurs ambulants ont été autorisés à reprendre le travail lundi, indique l'association Besko sur la base de l'arrêté ministériel publié dimanche. "Mais le texte ne mentionne pas les professionnels de la beauté à domicile", ajoute Sofie Leyten, qui ne voit pas de justification à la différence de traitement entre les deux activités. "Nous demandons la modification de l'arrêté pour y inclure la reprise immédiate pour les professionnels de la beauté à domicile." Besko estime d'ailleurs que ces soins sont encore plus importants que les services de coiffure, notamment pour les personnes âgées. L'association compte environ 700 membres. (Belga)