Le Syndicat neutre pour indépendants (SNI) se dit partagé par rapport aux décisions prises jeudi par le Conseil National de Sécurité (CNS), a-t-il indiqué dans un communiqué. Il approuve l'élargissement de l'obligation du port du masque, mais regrette que le secteur événementiel "reste toujours en plan". Il demande également que de nouvelles aides publiques soient envisagées pour les indépendants en cas de reconfinement. "L'élargissement de l'obligation du port du masque va dans le bon sens. Les gestes barrières doivent permettre d'éviter une nouvelle flambée de contaminations et un éventuel nouveau confinement dont les indépendants seraient les victimes économiques", affirme le Syndicat. Il se dit également favorable au tracing dans l'horeca. Toutefois, "cela doit être limité dans le temps et ne pas entraîner de surcharge administrative pour les exploitants", insiste-t-il. Par ailleurs, accorder plus de compétences aux bourgmestres devrait "donner la possibilité aux autorités locales de prendre des décisions plus ciblées et mieux proportionnées", selon le SNI. L'organisation de défense des indépendants regrette toutefois que les perspectives de reprise soient toujours aussi floues pour le secteur événementiel. "Il est beaucoup moins dangereux d'être dans un salon professionnel où tout est cadré et normé que sur la digue ou dans une ville touristique bondée", estime le SNI. Il demande donc des mesures d'aides spécifiques pour le secteur. Le Syndicat réclame également plus d'éclaircissements quant à la notion de "confinement local" évoquée jeudi par le Première ministre Sophie Wilmès durant la conférence de presse. (Belga)