Le secteur sportif associatif a pressé mardi le gouvernement de trouver une solution d'urgence avant la fin du système actuel du travail associatif, ce 31 décembre.Ce système qui avait été développé sous le gouvernement Michel par la ministre De Block (Open Vld) permet d'indemniser des entraîneurs, coaches, arbitres, etc., pour un maximum de 6.340 euros, défiscalisés, par an. Il est largement utilisé dans le secteur sportif, mais un arrêt de la Cour constitutionnelle l'a annulé après un recours des syndicats qui y voyaient une concurrence déloyale envers les travailleurs et la sécurité sociale. Une solution doit être trouvée pour le 31 décembre. L'accord du gouvernement De Croo prévoit un nouveau règlement devant entrer en vigueur à cette échéance, et l'Open Vld a préparé une proposition de loi en ce sens. Mais alors que l'échéance approche à grands pas, "nous nous alarmons qu'aucune solution ne se dégage", affirment les secteurs francophone (AES-AISF) et flamand (VSF). Il s'agirait selon eux d'un "coup fatal" porté à un secteur déjà sous-financé et durement touché par la crise du coronavirus. "Nous appelons donc, encore une fois et de toutes nos forces, les partis politiques à trouver très vite un accord et au gouvernement fédéral à tenir l'engagement pris dans l'accord de gouvernement". (Belga)