Les transports en commun wallons vont revenir progressivement vers une offre scolaire qui desservira toutes les écoles en Wallonie, a indiqué samedi le porte-parole et directeur commercial du Tec, Stéphane Thiéry. Celui-ci souligne l'importance, encore accrue vu les circonstances, d'un comportement civique.Alors qu'en temps "normal", le Tec transporte chaque jour 30.000 élèves de primaire, 230.000 de secondaire et 50.000 du supérieur, les transports en commun wallons sont depuis quelques semaines sous un régime de vacances scolaires, en raison des mesures de confinement, de la fermeture des écoles et d'un taux d'absentéisme à la hausse. Le retour à "une offre scolaire" s'opérera progressivement au cours des prochaines semaines de mai, d'autant que le taux d'absentéisme au sein du Tec est revenu à un niveau normal. Dans l'enseignement, une reprise partielle et sous conditions des cours est prévue à partir du 18 mai. Le Conseil national de sécurité a annoncé vendredi soir la stratégie de déconfinement progressive de la Belgique. Elle prévoit aussi l'obligation, à partir du 4 mai, de se couvrir la bouche et le nez dans les transports en commun pour les usagers de 12 ans et plus. Une obligation qui va dans le sens de ce que demandaient les sociétés de transport public en Belgique, selon Stéphane Thiéry, et qui s'appliquera "dans les transports en commun mais également aux arrêts et dans les zones d'attente." "Ce sera obligatoire quand je monte dans le transport en commun mais aussi pendant que je l'attends", précise-t-il. Le Tec va mettre à profit les prochains jours pour mettre en œuvre concrètement ce qui a été annoncé, mais beaucoup de questions pratiques doivent encore être éclaircies. Le directeur commercial du Tec souligne également qu'il faudra organiser les choses "avec beaucoup de souplesse" et de la "flexibilité." Le porte-parole du Tec attire l'attention sur la nécessité, plus grande que jamais, de faire montre de civisme. "On peut d'ores et déjà dire que pour réussir cette stratégie de déconfinement, il faudra une accentuation du civisme et un changement des comportements. Chacun devra observer un comportement de civisme pour se protéger lui-même, les autres et le conducteur car si celui-ci tombe malade, il n'y a plus de transport en commun." Le responsable commercial du Tec donne au passage un coup de chapeau au personnel du Tec, et aux 120 métiers du groupe, "qui sont restés sur le pont" et ont permis aux bus, trams et métros de continuer à rouler au sud du pays. (Belga)