Les autorités sanitaires danoises ont annoncé lundi qu'il est possible que le vaccin développé par AstraZeneca soit encore administré aux personnes qui le souhaitent. Le pays a été le premier, mercredi dernier, à abandonner son utilisation dans sa stratégie de vaccination, car il a été prouvé qu'il pouvait entraîner la formation de caillots sanguins dans de très rares cas.Le royaume nordique avait suspendu l'utilisation du sérum d'AstraZeneca le 11 mars, en raison de cas suspects de mauvaise coagulation sanguine potentiellement liés au vaccin suédo-britannique. Des rapports décrivent en effet des cas exceptionnels de caillots sanguins, combinés à un faible taux de plaquettes et à des saignements. Le Danemark a également pointé mercredi ces effets secondaires "rares" mais "graves" du vaccin pour justifier sa décision d'y renoncer définitivement, malgré les avis du régulateur européen et de l'OMS favorables à son usage. L'agence de presse Ritzau a rapporté lundi que les autorités envisagent tout de même le vaccin d'AstraZeneca pour les personnes qui souhaitent se faire vacciner contre le coronavirus sur une base volontaire. (Belga)