Le président de la conférence épiscopale polonaise a exprimé mardi son espoir qu'une commission du Saint-Siège élucidera le rôle de l'ex-secrétaire et ami du pape Jean Paul II, le cardinal Stanislaw Dziwisz, soupçonné d'avoir dissimulé des affaires pédophiles dans l'Eglise catholique. La déclaration de l'archevêque Stanislaw Gadecki intervient le jour où le Vatican doit rendre publiques les conclusions d'une enquête interne très attendue sur la carrière de l'ex-cardinal américain Theodore McCarrick, défroqué en 2019 après des d'accusations d'abus sexuels. µDans son communiqué, Mgr Gadecki réagit à un documentaire diffusé lundi soir par la chaîne polonaise TVN24, posant plusieurs questions sur l'attitude du cardinal Dziwisz, 81 ans, soupçonné d'avoir caché au pape les abus sexuels des prêtres à travers le monde, dont les affaires de McCarrick ou de la Légion du Christ, ainsi que des affaires pédophiles dans l'Eglise polonaise. "Suite au reportage diffusé hier par TVN24, intitulé 'Don Stanislao. L'autre face du cardinal Dziwisz', où on l'accuse de négligences dans l'examen des cas d'abus sexuels de la part de représentants du clergé, j'espère qu'une commission adéquate du Saint-Siège élucidera tous les doutes soulevés par le reportage sus-mentionné", selon un texte laconique publié par Mgr Gadecki. Selon l'auteur du reportage, le journaliste polonais Marcin Gutowski, le cardinal n'a jamais trouvé le temps de le rencontrer et de répondre à ses nombreuses questions. Selon TVN24, le rapport du Vatican sur l'ex-cardinal McCarrick pourrait contribuer à mieux saisir le rôle joué par Mgr Dziwisz pendant les années passées près de Jean Paul II au Vatican, et après, en qualité d'archevêque de Cracovie. Le rapport du Saint-Siège concernant l'ex-cardinal Theodore Edgar McCarrick, 90 ans, doit livrer mardi après-midi une enquête "approfondie" sur ce prélat, qui termina sa carrière comme archevêque de Washington et fut particulièrement influent pour lever des fonds pour le Saint-Siège auprès de riches donateurs américains. En annonçant cette enquête, le pape François avait admis que cette plongée dans ses propres archives pourrait mettre en exergue des pratiques passées critiquables, allusion à l'omerta sur les abus sexuels et les abus de pouvoir, qui a prévalu dans la hiérarchie de l'Eglise durant des décennies. Vendredi dernier, le Vatican a annoncé des sanctions contre un cardinal polonais de 97 ans, Henryk Gulbinowicz, interdit d'exercer son ministère et d'utiliser les symboles d'évêque à la suite d'une enquête dont la nature n'a pas été précisée mais qui porte, selon les médias, sur des abus sexuels présumés. (Belga)