Les parlementaires wallons ont approuvé lundi en commission la mise en place de commissions délibératives, constituées de 10 parlementaires et de 30 citoyens tirés au sort. En modifiant de la sorte le règlement du parlement, la majorité PS-Ecolo-MR, à la base du texte, entend repenser la représentativité des citoyens dans la démocratie parlementaire afin de réduire le fossé qui se creuse entre les élus et le reste de la population. Concrètement, la proposition de modification du règlement de l'assemblée régionale donnera au parlement la possibilité de constituer, d'initiative ou à l'initiative de citoyens - pour peu qu'ils réunissent 2.000 signatures - des commissions délibératives, composées de 10 parlementaires siégeant dans la commission concernée par la problématique étudiée et de 30 citoyens. Ces derniers seront tirés au sort parmi les personnes remplissant les conditions pour voter aux élections régionales. Leur participation se fera sur base volontaire et un défraiement sera prévu pour chaque séance, correspondant à la valeur du montant maximum d'un jeton de présence pour un conseil communal, en plus du remboursement des frais de déplacement. A l'issue des travaux, la voix des citoyens ne sera que consultative tandis que les parlementaires bénéficieront d'une voix délibérative lors du vote sur les recommandations formulées. Plaidant plutôt pour la création d'une assemblée citoyenne permanente sur le modèle de ce qui se fait en Communauté germanophone, le cdH, lui, a tenté d'amender le texte afin qu'au moins une commission mixte soit garantie par session parlementaire ordinaire. Une proposition rejetée par la majorité selon laquelle "il n'est pas nécessaire de normer dès à présent". (Belga)