Les Belgian Cats ont accompli leur mission, chez elles, au Versluys Dôme d'Ostende, décrochant leur billet pour les Jeux Olympiques de Tokyo, grâce à une victoire sur la Suède 53-61 dimanche. Fer de lance de l'équipe belge, Emma Meesseman, 29 ans, a conduit les siennes vers un exploit historique pour le basket féminin belge. "C'est un rêve qui devient réalité, on écrit l'histoire", s'est réjouie l'intérieure flandrienne, 29 ans, déjà trois fois championne d'Europe avec son club russe d'Ekaterinbourg et, depuis cet été, championne WNBA avec Washington Mystics à l'issue de finales où elle fut élue MVP. "On s'était dit aujourd'hui que cela devait être notre match à nous. Il n'y avait pas d'autres options que de gagner. Dès l'hymne national, on a senti cette énergie dont nous avions besoin. Il y avait de la pression. C'était un match difficile, des deux côtés, on l'a vu avec le score. On a continué à essayer, parfois ça rentrait, parfois pas, mais il était hors de question de lâcher. On jouait devant nos familles, nos amis, ce moment devait être le nôtre". Emma Meesseman a terminé la rencontre avec 24 unités au compteur, dont 16 en seconde mi-temps. Les Belges avaient réussi à creuser un petit écart, bien nécessaire pour tenir jusqu'au bout. "Nous étions extrêmement motivées, on ne voulait pas que la pression nous arrête. En Serbie aussi (à l'Euro, ndlr), nous avions senti la pression. Peut-être que cela nous a aidé ici et que c'était bien d'avoir eu cette expérience, individuellement et collectivement. Mais on avait besoin de se qualifier pour ces Jeux Olympiques." Pour parachever l'aventure des Belgian Cats avec un groupe et un staff qui n'aura pratiquement pas changé depuis l'Euro de 2017 où les Belges, de retour en phase finale d'un Euro pour la première fois depuis 10 ans, avait conquis la médaille de bronze. (Belga)