Les messageries électroniques de journalistes européens étaient inondées depuis mardi soir de centaines de courriels défendant les réformes controversées de la Justice en Pologne. Ces messages affluent depuis un débat mardi soir au Parlement européen sur l'État de droit en Pologne, où le gouvernement conservateur-nationaliste emmené par le parti Droit et Justice (PiS) opère depuis quelques années des réformes accusées par la Commission européenne d'attenter à l'indépendance de la Justice. À l'occasion de ce débat, le commissaire à la Justice Didier Reynders a répété ses fortes préoccupations sur ces réformes, confirmant que l'exécutif européen, qui a déclenché en 2018 la procédure dite "article 7" contre Varsovie, continuerait de les combattre devant la Cour de Justice de l'Union européenne tout en maintenant le dialogue avec la Pologne. Il a notamment rappelé que la CJUE avait jugé que, bien que l'organisation de la Justice relève de la compétence des États membres, ces derniers sont tenus de respecter leurs obligations vis-à-vis du droit de l'Union dans l'exercice de cette compétence, et notamment le respect de l'Etat de droit et de l'indépendance judiciaire. "Les tribunaux polonais sont des tribunaux européens", a-t-il martelé. Dernière en date des réformes contestées, le président polonais Andrzej Duda a promulgué au début du mois une nouvelle loi qui permet de sanctionner les juges critiques des réformes de la Justice introduites par le gouvernement. (Belga)