Le nombre de produits biocides illégaux en circulation sur le territoire belge a augmenté depuis le début de la crise du coronavirus, a indiqué jeudi le SPF Santé publique. Quelque 195 contrôles ont révélés que différents désinfectants et gels hydroalcooliques n'étaient pas autorisés à la vente et à l'utilisation en Belgique ou qu'ils ont été utilisés dans la lutte contre le Covid-19 sans avoir été agréés à cet effet. Au total, 14 procès-verbaux ont été rédigés et 45 avertissements ont été émis, précise le SPF dans un communiqué. De fin mars à juillet, l'inspection de l'environnement a contrôlé les ventes en ligne et physiques de détergents désinfectants et de gels hydroalcooliques. Elle a vérifié si ces produits étaient autorisés à la vente en Belgique et si leur étiquetage comme leur utilisation étaient conformes à la réglementation. Plusieurs tonnes de produits biocides illégaux ont été retirées du marché. "Dans les prochains mois, les inspecteurs du SPF Santé publique continueront à vérifier que des produits biocides illégaux ne se retrouvent pas sur le marché belge", a souligné le service fédéral. Seuls les produits agréés comme étant efficaces dans la lutte contre le Covid-19 peuvent être vendus et utilisés à cette fin, dans le but de limiter les risques pour la santé et pour l'environnement. À la suite de l'épidémie de Covid-19, 430 autorisations temporaires ont été accordées à certains types de biocides qui se sont révélés efficaces dans la lutte contre le virus. La liste est disponible sur le site www.biocide.be. (Belga)