L'écrevisse américaine à rayures semble présente dans trois provinces flamandes, a indiqué lundi l'agence Natuur en Bos sur le site web de l'association Natuurpunt. "Une mauvaise nouvelle", souligne-t-elle. Les écrevisses exotiques mettent en effet la biodiversité en danger. Il s'agit de la 5e écrevisse exotique à arriver en Belgique. La Grande-Bretagne et les Pays-Bas étaient jusqu'il y a peu les seuls pays européens à avoir répertorié cette espèce originaire de l'est de l'Amérique du Nord. "L'écrevisse américaine à rayures a été détectée à Anvers et en Flandre orientale au cours de l'été 2019", explique Kevin Scheers, de Natuur en Bos. "Une révision des observations sur la plate-forme waarnemingen.be a ensuite indiqué leur présence à Anvers et au Limbourg. L'espèce semble donc présente dans trois provinces." Au Portugal, l'arrivée de l'écrevisse rouge de Louisiane a provoqué une réduction du nombre d'invertébrés et de plantes aquatiques observables à l'œil nu. Les eaux claires se sont troublées en raison de l'augmentation de la richesse en nutriments, mais aussi du phytoplancton. Une étude réalisée en Espagne a révélé que les amphibiens et les oiseaux aquatiques étaient aussi impactés. "Nous appelons donc chacun à transmettre ses observations, de préférence avec une photo, via le site www.waarnemingen.be", conclut M. Scheers. (Belga)