Les enseignants de Flandre pourront bientôt obtenir la perspective d'une nomination permanente après 290 jours - en pratique une année scolaire complète - et pourront être nommés de manière permanente après 360 jours. Or, cela n'est possible qu'après 690 jours actuellement. L'accord a été conclu entre le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts, et les partenaires sociaux du secteur. D'autre part, les écoles pourront évaluer et licencier les enseignants plus rapidement si ces derniers ne travaillent pas ou plus bien.La procédure d'évaluation a également été adaptée. Par exemple, les enseignants qui débutent leur carrière seront évalués à la fin de chaque année scolaire. Ainsi, ils sauront au bout de trois ans maximum s'ils ont vraiment un avenir dans l'enseignement, explique M. Weyts. La procédure d'évaluation des enseignants nommés à titre permanent sera également renforcée. Les écoles pourront concentrer les évaluations sur les membres du personnel qui font défaut. Sur la base de cette évaluation, la direction pourra proposer beaucoup plus rapidement un coaching personnel de 120 jours. Si la procédure d'encadrement échoue à deux reprises et si les lacunes persistent, l'enseignant pourrait être licencié. Le nouveau règlement sur les nominations permanentes en Flandre entrera en vigueur en septembre 2022. Les écoles flamandes sont tenues d'évaluer chaque membre du personnel tous les quatre ans, mais il s'agit principalement d'une obligation sur papier. Dans la pratique, il est presque impossible de licencier un enseignant nommé à titre permanent. Aujourd'hui, la procédure est "tellement lourde et difficile que les mauvais enseignants restent trop longtemps en poste, ce qui ternit l'image de tous les autres", conclut M. Weyts. (Belga)