La fédération belge Beauty recommande aux instituts de beauté et aux autres professions similaires de fermer complètement. Les conditions de travail sont trop risquées, juge l'organisation. Elle propose aussi que les professionnels des soins de beauté qui ont de l'expérience médicale puissent travailler bénévolement dans les hôpitaux. En cas de fermeture, le secteur peut également partager sa réserve de masques buccaux. "Les traitements de beauté doivent être interrompus immédiatement. Respecter la distanciation sociale entre deux clients mais pas entre le client et le praticien n'a pas de sens", déclare la fédération Beauty lundi. Le praticien touche en moyenne 15 à 20 personnes par jour et travaille à 30 centimètres du client, souligne-t-elle. Les praticiens des soins de beauté semblent soutenir la proposition. Dans une enquête menée par la fédération, 89% des 734 personnes interrogées ont indiqué être pour une fermeture. En outre, de nombreux praticiens ont une expérience médicale, notamment en soins infirmiers, et aimeraient travailler comme bénévoles dans les hôpitaux pendant la fermeture, affirme la fédération. Le secteur semble disposer d'un grand nombre de masques buccaux. "Si les instituts ferment, nous pourrions les donner en masse aux hôpitaux, qui souffrent d'une pénurie aiguë. Nous parlons de 30.000 à 40.000 masques", explique le président de la fédération, Mario Blokken. L'organisation veut ouvrir un point de collecte dans la région d'Hasselt. La fédération a transmis ces deux propositions à la Première ministre Sophie Wilmès et au ministre de l'Intérieur Pieter De Crem, affirme Mario Blokken. (Belga)