Les Etats-Unis ont annoncé mardi leur collaboration avec le laboratoire pharmaceutique Regeneron afin de développer un traitement contre le nouveau virus chinois, utilisant une classe de médicaments ayant servi contre Ebola. De multiples pistes sont à l'étude contre le nouveau coronavirus apparu en Chine, dont trois sont à un niveau avancé: un médicament anti-VIH (Kaletra); une combinaison utilisée contre le coronavirus Mers (antiviral et immunothérapie); et un antiviral de l'Américain Gilead testé dans le passé contre Ebola. Le partenariat annoncé entre le gouvernement américain et Regeneron concerne un traitement à base d'anticorps monoclonaux. "Mettre en place un partenariat public-privé, comme nous le faisons avec Regeneron depuis 2014, nous permet de réagir rapidement aux nouvelles menaces sanitaires mondiales", a déclaré Rick Bright, un responsable du département de la Santé. Les anticorps monoclonaux sont des copies créées en laboratoire d'un certain type d'anticorps. Ils représentent une forme d'immunothérapie. Ils se fixent à certaines protéines d'un virus, neutralisant sa capacité à infecter les cellules humaines. Regeneron a développé le cocktail REGN-EB3 de trois anticorps monoclonaux qui a permis l'année dernière d'améliorer de manière significative le taux de survie de patients touchés par le virus Ebola en République démocratique du Congo. L'entreprise pharmaceutique a aussi développé un traitement contre le syndrome respiratoire du Moyen-Orient (Mers). "Les résultats probants de notre traitement expérimental contre Ebola l'année dernière ont montré la capacité de Regeneron à offrir une réponse rapide en cas de nouvelles épidémies", a expliqué George Yancopoulos, président et responsable scientifique de Regeneron. Le traitement final contre le nouveau coronavirus pourrait inclure plusieurs types de médicaments. (Belga)