Des étudiants des filières économique, pédagogique et paramédicale inscrits auprès de la Haute Ecole Francisco Ferrer (HEFF) de Bruxelles se rassembleront dimanche à 15h00 devant leur établissement, sur la place Anneessens. Ils dénoncent "les conditions dans lesquelles se sont déroulées leurs évaluations" ainsi que "le comportement autoritaire des enseignants et de la direction". Les étudiants en économie s'étaient déjà rassemblés il y a une semaine, pour les mêmes raisons.Les étudiants affirment que, pour plusieurs examens, les modalités ont été communiquées trop tard ou modifiées quelques jours avant. La durée de plusieurs évaluations dans différentes catégories aurait également été réduite la veille de leur déroulement. L'enseignement à distance s'est par ailleurs mal déroulé, selon les protestataires: "Dans plusieurs cours, la matière n'a pas été donnée, alors qu'un examen a bien eu lieu. Plusieurs profs ont été injoignables, mais ont persisté à mettre en place des examens impossibles à réussir." Les étudiants dénoncent également des conditions de passage difficiles et un calendrier intenable, avec plusieurs examens par jour pendant plusieurs jours consécutifs. L'accès aux copies corrigées aurait aussi été annulé dans certains cas, "ce qui est illégal." "En outre, dans les cursus de la catégorie pédagogique et de la section biomédicale, les travaux pratiques, laboratoires, et stages ont été évalués à la tête du client", soulignent-ils encore, exigeant notamment que la note administrative (10/20) soit attribuée à tous les étudiants en échec. Dimanche, ceux qui s'estiment lourdement lésés seront réunis devant leur établissement, soutenus par l'Union syndicale étudiante, à partir de 15h00 afin d'interpeller les autorités de la HEFF et la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny. (Belga)