A l'inverse des étudiants invités à observer une quarantaine suite à un séjour récent à l'étranger, les étudiants testés positifs au Covid ne peuvent, eux, en aucun cas interrompre leur isolement, même le temps strictement nécessaire pour passer un examen organisé en présentiel lors de cette session de janvier, a insisté mardi la ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Glatigny (MR)."Les étudiants positifs doivent se mettre en isolement et prendre contact avec leur établissement pour voir quelles alternatives peuvent leur être proposées", a indiqué la ministre, mardi, en commission du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en réponse à plusieurs questions de députés. En l'absence de la possibilité de présenter tous leurs examens en distanciel lors de cette session de janvier, des étudiants porteurs du Covid ont fait état ces derniers jours sur les réseaux sociaux de leur intention de passer leurs examens en présentiel, ceci afin d'écarter tout risque de se retrouver d'office en seconde session. Devant les députés, la ministre a rappelé que chaque établissement d'enseignement supérieur est tenu de déterminer les modalités de rattrapage qui s'appliquent aux étudiants qui tombent malades durant leur session d'examen. Avant le début des examens, elle les a d'ailleurs encouragés à prolonger pour cause de force majeure la session de janvier des étudiants concernés. (Belga)