L'Union royale des fleuristes de Belgique (URFB) est mécontente des nouvelles mesures pour lutter contre le coronavirus annoncées vendredi. "Nous avons été frappés au cœur de notre secteur par les choix qui ont été posés", déplore-t-elle ainsi samedi. "Les promesses du gouvernement d'éviter la concurrence déloyale, comme lors du premier confinement, ont été remises dans la sacoche de Saint-Nicolas. Il est extrêmement triste de constater que les fleurs et les plantes sont considérées comme essentielles d'un côté de la rue, mais pas de l'autre. Cela crée de la frustration", regrette l'URFB. Les jardineries et pépinières vendant principalement des plantes et/ou des arbres sont en effet autorisées à garder leurs portes ouvertes, au contraire des fleuristes. "Nos membres sont soucieux de la santé des gens mais se battent contre l'injustice. Nous pouvons apporter à notre société une valeur ajoutée 'essentielle' en ces temps difficiles", conclut l'organisation. (Belga)