Les gardiens de la prison centrale de Louvain ont entamé mercredi soir un nouvel épisode de grève, indique jeudi l'administration pénitentiaire. Les syndicats locaux avaient averti la semaine dernière qu'ils comptaient débrayer un jour de plus chaque semaine, en complément de la grève nationale hebdomadaire de 24 heures menée chaque vendredi. Depuis un certain temps déjà, les syndicats protestent contre le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) et son projet d'introduction d'un service minimum en cas de grève dans les prisons. Les concertations de la semaine dernière n'ont pas abouti. Les syndicats prévoient d'organiser une grève nationale de 24 heures chaque vendredi de février. Chaque prison est ensuite libre d'organiser une autre action de 24 heures par semaine, en fonction des décisions prises dans chacun des établissements. Les syndicats de Louvain ont annoncé un jour d'arrêt supplémentaire, commencé hier/mercredi soir. "Depuis hier 22h00, le personnel de la prison centrale de Louvain est en grève", a confirmé la porte-parole de la direction générale des Établissements pénitentiaires. Si 80% de l'équipe de nuit était présente à 22h00 mercredi, seuls 17,65% des membres du personnel se sont mis au travail jeudi matin. Puisque la prison centrale de Louvain fonctionne normalement en régime ouvert, les détenus devront rester en cellule jeudi, ajoute la porte-parole. "Seules les visites pourront se maintenir. Il n'y aura pas d'occupations, d'activités collectives ou d'aide et de services." L'évolution dans la journée dépendra des présences de l'après-midi. (Belga)