La Fédération belge des saunas privés demande au gouvernement de permettre à ses membres de rouvrir leurs installations le 1er février. "Il existe un consensus scientifique selon lequel les saunas privés ne présentent aucun risque d'infection et pourtant nous sommes fermés depuis près de trois mois", rappelle-t-elle jeudi dans un communiqué."Depuis le début de la pandémie, le gouvernement met les saunas publics dans le même sac que les saunas privés. Mais cette comparaison est inexacte. Si vous vous rendez dans un sauna privé, vous y allez avec votre bulle et aucune autre personne n'est présente", ajoute la fédération. Cette dernière cite le virologue Marc Van Ranst, qui avait déclaré en juin que les saunas privés et centres de bien-être pouvaient, selon lui, rouvrir. "Du point de vue virologique, il n'y a aucune raison de les laisser fermés", avait-il affirmé. Le secteur ne comprend donc pas pourquoi ses établissements doivent encore garder porte close. "Même en dehors de la pandémie de coronavirus, les saunas et les centres de bien-être privés font partie des endroits les plus sûrs que l'on puisse imaginer. Les normes Vlarem sont conçues pour garantir que les bactéries et les virus n'aient aucune chance. En plus de cela, il existe désormais des protocoles stricts qui exigent la désinfection complète et la ventilation de l'espace entre chaque client." La fédération a lancé une pétition qui a recueilli près de 1.600 signatures en quelques jours seulement. Elle place ses espoirs dans le comité de concertation qui se réunira demain/vendredi. (Belga)