Les deux avocats de LLuis Puig et Toni Comin sont arrivés jeudi vers 14h00 au parquet de Bruxelles. Leurs clients sont en train d'être entendus par un juge d'instruction. Le parquet de Bruxelles a reçu mardi les mandats d'arrêt européens contre les indépendantistes catalans LLuis Puig et Toni Comin, mais ceux-ci devaient encore faire l'objet d'une traduction. Toni Comin et Lluis Puig résident en Belgique depuis deux ans, comme Carles Puigdemont, pour échapper aux poursuites initiées par la justice espagnole à la suite de la déclaration d'indépendance de la Catalogne, le 27 octobre 2017. La Cour suprême espagnole a indiqué poursuivre Toni Comin pour sédition et détournement de fonds publics et Lluis Puig pour désobéissance et détournement de fonds publics. La plus haute instance juridique d'Espagne avait déjà lancé le 14 octobre un mandat d'arrêt international pour sédition et malversations contre l'ex-président catalan Carles Puigdemont. En Belgique, les avocats de Carles Puigdemont - en liberté sous contrôle judiciaire dans l'attente de l'analyse du mandat d'arrêt par la justice belge - ont annoncé leur intention de contester la position du parquet de Bruxelles, selon eux favorable à son extradition vers l'Espagne. La Cour suprême espagnole a condamné le 14 octobre neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à 13 ans de prison. Cette sentence a ravivé la crise en Catalogne et a entraîné des manifestations indépendantistes, dont certaines ont dégénéré en heurts avec la police à Barcelone et dans d'autres villes. Un premier mandat envoyé par la justice espagnole aux autorités judiciaires belges contre Carles Puigdemont et quatre de ses ex-ministres régionaux, dont LLuis Puig et Toni Comin, avait été retiré le 5 décembre 2017, la chambre du conseil de Bruxelles le jugeant "non exécutable" pour vice de forme puisqu'aucun mandat d'arrêt national correspondant ne soutenait les mandats européens. (Belga)