En 2020, les investisseurs ont payé à l'État, sous la forme du précompte mobilier, de la taxe de bourse et de la taxe sur les comptes-titres, plus de 3,8 milliards d'euros, relate mardi L'Echo sur la base de chiffres du SPF Finances.La popularité des investissements boursiers a fait grimper de 40% le rendement de la taxe de bourse, qui affiche ainsi un montant record de 408 millions d'euros. Le précédent record remonte à l'année 2000, qui avait vu l'éclatement de la bulle boursière des actions internet. Les investisseurs particuliers doivent payer la taxe de bourse lorsqu'ils achètent ou vendent des actions ou des obligations et lorsqu'ils vendent des fonds d'investissement qui ne distribuent pas de dividende. Le rendement supérieur de la taxe de bourse par rapport au montant récolté en 2000 s'explique cependant aussi par les augmentations successives des taux d'imposition décidées sous les deux gouvernements précédents. La taxe de bourse pour les actions, les obligations et les fonds a ainsi pratiquement doublé depuis 2011. (Belga)